La crise du diesel s’aggrave avec l’envoi par l’Europe occidentale de véhicules interdits en Pologne

Selon un tout nouveau rapport, de nombreux vieux véhicules diesel à fortes émissions de gaz à effet de serre sont exportés en Pologne, bien que le pays soit l’un des plus pollués d’Europe. Les efforts pour faire sortir ces véhicules des routes d’Europe de l’Ouest déplacent la question de la pollution vers l’est, ont déclaré des scientifiques de Transportation & Environment (T&E), une organisation non gouvernementale (ONG) qui projette un transport plus propre sur le continent… Leur analyse des statistiques a révélé que 350 000 voitures et camions diesel d’occasion, fortement polluants et concernés par les restrictions de conduite ont été exportés en Pologne en 2015.

Le pays a importé 850 000 véhicules d’Allemagne en 2017

Jens Müller, planificateur de la qualité de l’air et du diesel chez T&E, a alerté le gouvernement fédéral sur la nécessité d’arrêter l’exportation d’automobiles polluantes pour sécuriser la qualité de l’air des Polonais. « Les problèmes provoqués par un ajustement en masse des essais d’émissions des constructeurs automobiles devraient être réparés, et non balayés sous la moquette. Tous les citoyens de l’UE ont le droit à un air propre », a-t-il déclaré. La Pologne est le premier marché automobile en Europe centrale et orientale. Une grande partie des voitures et camions diesel importés dans le pays rejettent 1000 mg d’oxyde d’azote (NOx) par km, soit 12,5 fois la limite actuelle de l’Union européenne. La forte contamination de l’air est déclenchée par la falsification des tests d’émissions par les constructeurs automobiles révélée par l’affaire Volkswagen.

Le rapport a été publié avant le European Diesel Top qui s’est tenu à Bruxelles le 6 novembre. Lors de la conférence T&E, EUROCITIES et l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA) ont passé en revue les options européennes pour éviter un nouveau Diesel Gate.

M. Müller a déclaré à propos du sommet : « En l’absence d’options européennes pour réparer les quelque 43 millions de diesels pollueurs découverts sur les routes d’Europe depuis 2018, les États membres peuvent et doivent prendre des mesures pour limiter leur utilisation afin de protéger leurs résidents de la contamination de l’air ». Suite au scandale du Diesel Gate, les nations européennes se sont engagées à interdire les voitures et camions diesel et essence d’ici 2040. En effet, les partisans ont conseillé aux députés d’avancer la date butoir à 2032.

Le gouvernement fédéral pointé du doigt

Simon Alcock, représentant de Client Earth a poursuivi le gouvernement fédéral en justice à trois reprises pour « contamination de l’air ». Il a ainsi déclaré : « Il est incroyable que le gouvernement fédéral rende plus coûteux l’achat d’automobiles plus propres alors que nous avons interdit les niveaux de contamination dans nos villes et villages ». Et de poursuivre : « C’est un autre exemple où le gouvernement fédéral a cessé de s’efforcer de protéger les citoyens de ce pays contre la respiration de l’air pollué ». La Norvège s’est engagée à interdire les camions à carburant et diesel d’ici 2025 et l’Inde d’ici 2030. Même le gouvernement fédéral écossais a déclaré qu’il surpasserait le Royaume-Uni en les éliminant progressivement d’ici 2032.