Le monde arabe et son destin manifeste

La souveraineté et l’unité sont des objectifs recherchés mais rarement atteints, comme le montre l’histoire de la Ligue arabe. Dans la complexité sans cesse croissante des relations au Moyen-Orient, Al Jazeera a publié en mars 2018 une interview avec Sean Yom, spécialiste du Moyen-Orient, qui se concentre sur la transformation de la Ligue arabe.

Il n’y a pas si longtemps, la ligue représentait un exemple significatif d’organisation régionale cohérente mais remplie d’incertitudes. Yom détermine les aspects historiques qui ont sérieusement compromis ses aspirations initiales. Yom explique que les « compétitions et les différends intra-Ligue, renforcées par la réalité du printemps arabe, ont fini par la tuer ». Explication.

La souveraineté, la question épineuse du monde arabe

La capacité d’un pays à préserver son identité et l’autorité de son gouvernement à l’intérieur de ses frontières face à d’autres pays dont le sens de leur propre souveraineté s’étend bien au-delà de leurs frontières. Yom met ici le doigt sur la question principale qui a handicapé non seulement les pays arabes, mais aussi presque toutes les puissances européennes : « Ce sont des nations post-coloniales qui doivent agir, prédire et agir comme des États souverains durables. »

Le mot « souverain » ne signifie pas seulement la capacité officielle d’adopter et d’imposer les lois du gouvernement, mais aussi l’existence d’un ensemble complexe de réflexes, de valeurs et de convictions sur le monde, avec une conscience partagée de la vérité culturelle : coutumes, langue – ou langues et dialectes – et macroenvironnement.

Dans de nombreux cas, le développement d’une compréhension commune se révèle difficile et, dans de nombreux cas, plante les graines d’une guerre civile ou d’une rébellion irréversible. Dans d’autres cas, la nature synthétique des organisations nationales nouvellement créées trahit une incompatibilité avec la culture de l’Etat. Yom explique efficacement ce que l’on peut appeler « l’hyper-réalité postcoloniale » des individus colonisés.

L’hyper-réalité selon Yom

En termes simples, il s’agit d’une pièce de théâtre scénarisée. Ce qu’ils font, c’est exécuter un script, un scénario, écrit par les puissances coloniales ou néocoloniales. Leur souveraineté existe en apparence pour réagir à la force représentée par 3 types de contraintes : la géopolitique de leurs alliés (en particulier les alliés occidentaux, mais la Chine est entrée en jeu) ; les organismes internationaux tels que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la World Trade Company ; et les hommes d’affaires les plus puissants, notamment dans la finance..

Cette configuration des forces et des affects implique que les efforts du gouvernement local seront constamment remis en question. Les expériences actuelles de l’Union européenne – sans aucun doute l’effort le plus substantiel et le plus efficace de l’organisation régional – confirment l’ampleur du problème, même dans une démocratie. Yom rappelle la fonction floue – entre le contrôle et le discrédit – que les États-Unis ont assurée dans l’histoire de la Ligue arabe. Il rappelle « les années 2000, quand la région était sous l’hégémonie américaine et que les lignes directrices étaient claires ». Le jeu diplomatique américain a donné la sensation d’unité entre les pays arabes. Lorsque les conditions ont changé et que les États-Unis se sont désintéressés du contrôle du monde arabe après que George W. Bush eut inauguré une période de guerres qui semblaient destinées à valider le «  choc des civilisations » de Samuel Huntington, l’opposition au Satan américain ne permit plus aux Arabes de se sentir unis.

Les USA ont achevé la désagrégation de la Ligue Arabe

« Alors que l’hégémonie américaine s’est estompée dans la région en raison de la résurgence de l’Iran, du printemps arabe et d’une diplomatie progressivement orientée vers l’Asie à Washington, la Ligue n’a pas rempli l’espace vide », affirme Yom.

Lorsqu’on lui a demandé d’expliquer pourquoi la Ligue arabe existe toujours, même après avoir cessé de travailler à la réalisation de ses engagements initiaux, Yom nous donne un dernier aperçu de l’importance sous-jacente de la force motrice qui anime les organisations mondiales. Il mentionne « un concept romantique parmi les intellectuels et les élites arabes que l’unité locale peut être obtenue, que l’arabité peut encore être une force ».